Patrimoine

La Vieille Ville

vieux crepy  2Les rues silencieuses sont bordées d'hôtels particuliers et de demeures construites entre le XIVème et le XVIIIème siècle par les fonctionnaires royaux en poste à Crépy-en-Valois : Hôtels du Lion (XIVème), d'Orléans (XVème), de la Belle Image (XVIème), Maisons de la Rose (XVIème), St Joseph (XVIIème), le Fond Marin (XVIIème), Maison des Quatre Eléments, des Quatre Saisons... (propriétés privées)

Dans le Vieux Crépy, le visiteur prend plaisir à flâner et à retrouver le charme discret du passé...

Rejoignez la page Facebook de l'Office de tourisme : Margot de Crépy-en-Valois

Si vous souhaitez découvrir le Vieux Crépy avec votre smartphone, il vous suffit de flasher notre QR code :

qr code visite

Le château

facade 2Construit sur un promontoire découpé dans le plateau du Valois, il occupe à Crépy-en-Valois une position dominante. Une chapelle basse, dédiée à saint Aubin et ouverte sur la Ville, est d'abord élevée vers 1170-80 par Thibault III de Crépy-Nanteuil. Son fils, Philippe Ier, compagnon d'armes du roi Philippe Auguste à la bataille de Bouvines (1214), affirme son prestige et sa richesse en surélevant la chapelle et en construisant un château à vocation résidentielle.

Le premier niveau accueille traditionnellement les cuisines et l'ensemble des communs. Plus surprenant était le confort des chambres nobles, éclairées grâce à de larges fenêtres. Le seigneur recevait ses hôtes dans une vaste salle, couverte d'une magnifique charpente, toujours très admirée par les visiteurs. Lorsque le château perd sa vocation résidentielle dans la seconde moitié du XIIIème siècle, cet espace se transforme peu à peu en grenier. Au même niveau, le maître des lieux et ses proches pouvaient accéder à la chapelle haute Sainte-Marie qui leur est exclusivement réservée. Elle est desservie, comme la chapelle basse Saint-Aubin par des chanoines qui circulent d'un niveau à l'autre grâce à un escalier spécialement aménagé dans l'épaisseur des murs.

Au XVème siècle, le château est rattaché au domaine des ducs de Valois. Il devient le siège du tribunal du bailliage et de l'administration du duché. Les juristes deviennent peu à peu l'élite de la ville. Plusieurs belles demeures du vieux Crépy en témoignent encore. De la fin du XVIIIème siècle à 1850, le château sert entre autres de prison. Cette dernière, une froide nuit d'octobre, accueille un hôte illustre, le poète Gérard de Nerval. Par la suite, associations locales, compagnie théâtrale et cinéma se succèdent avant de laisser la place à un musée d'arts et traditions populaires à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Refondé en 1949, les collections de celui-ci sont alors orientées vers l'archerie puis le patrimoine religieux du Valois.

Site du musée de l'archerie et du Valois
Page Facebook du musée de l'archerie et du Valois

Abbaye Saint-Arnoul

abbaye saint arnoulElle fut fondée en 1008 pour abriter les reliques de Saint-Arnoul. Seule subsiste une partie des bâtiments conventuels laissés à l'abandon après 1940. L'ensemble, en partie restauré, comprend une galerie de cloître, la salle capitulaire, le parloir, le chauffoir (XVIIème et XVIIIème siècles) et un important réseau de galeries souterraines. Elle abrite une collection d'outils et une collection importante sur le thème du mariage de 1850 à 1940 : objets, meubles, vêtements, bijoux...

Abbaye Saint-Arnoul et musée du mariage :
Ouvert le dimanche après-midi du 01/04 au 23/12.
Visite libre et gratuite.
Place Saint-Simon. Tél./Fax : 03 44 94 25 73

Église Saint-Denis

eglise st denis 2Elle est l'unique église paroissiale depuis 1802. Elle était vraisemblablement la chapelle du château du XIème siècle de Gauthier le Blanc. Un document de 1162 comporte la première mention certaine de l'église Saint-Denis. La nef romane du XIIème siècle a été restaurée au XIXème siècle. Suite aux importants dégâts causés par la Guerre de Cent Ans, les latéraux furent reconstruits au XVème siècle et de grands travaux furent entrepris au XVIème siècle : le choeur est reconstruit, la voûte en berceau refaite et le sol du choeur repavé. Ces travaux correspondent à la description actuelle de l'édifice. Elle fut vendue comme bien national en 1792 puis réquisitionnée et transformée en magasin à fourrage et rendue au culte en 1802. La façade avec sa rosace a été entièrement reprise en 1844 et le clocher reconstruit en 1852. La Municipalité a décidé de lui offrir de nouveaux vitraux en 1998 et 2003.

 

Collégiale Saint-Thomas de Canterbury

collegiale saint thomas de canterburyElle fut édifiée sous Philippe d'Alsace en 1182. La tour de l'église a servi d'observatoire aux Anglais lors du siège de la ville en 1432. Ils l'ont ensuite rasée afin de ne pas être réutilisée par d'autres assaillants. Lors de la suppression des cultes en 1793, l'église a servi aux fêtes publiques. Il est inscrit sur le portail d'entrée : "Le peuple françois reconnoit l'être suprême et l'immortalité de l'âme". Vendue comme bien national à un carrier, elle est démolie entre 1805 et 1810. M. Delahante, Maire, a racheté le clocher pour le donner à la ville en 1823. Aujourd'hui subsistent le clocher d'une hauteur de 50 mètres, la façade et la première travée de la nef. Au pied du monument, dans un petit square, se trouve le monument aux morts, oeuvre du sculpteur Albert Bartholomé. Ce square a été aménagé sur ce qui était l'ancienne église.

Quartier de Bouillant

bouillant 11La petite église de l'ancien village de Bouillant, aujourd'hui rattaché à Crépy-en-Valois, abrite dans son cimetière une autre oeuvre de Bartholomé : la tombe de son épouse. L'artiste s'est représenté pleurant sur le corps de sa femme ; dominant la scène, un Christ en croix reçoit la douleur de l'époux.

Mairie de Crépy-en-valois

2, avenue du Général Leclerc - 60800 Crépy-en-Valois
Tél. : 03.44.59.44.44 - Fax : 03.44.59.44.59

Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30
(17h le vendredi).
Permanence le samedi de 9h à 12h
(passeport et carte d'identité uniquement).

NewsletterNous écrire